Le Professeur Isidore Pelc, ancien titulaire de la chaire de Psychologie Médicale, ancien directeur du Laboratoire de Psychologie médicale ULB.  

Représentant de la Belgique à l'O.M.S. pour la santé mentale, ancien Chef duService de Psychiatrie du CHU Brugmann, Directeur Médical honoraire de l'Institut de Nursing Evelyne Anspach (Haute Ecole Francisco Ferrer), Président fondateur de la Fondation pour l'Etude et la Prévention des Maladies de Civilisation, ancien doyen de la Faculté de Médecine de l'U.L.B., Président de la section Facteurs Psycho-Sociaux de la Santé (Ministère de la Santé - Belgique), Chef de Projets en Santé Mentale et Assuétudes - CEMUBAC (Activités de Coopération en Thaïlande, au Népal, au Cambodge, au Laos et au Vietnam) [photos : 12345],  promoteur de la réalisation d'un enregistrement de données bio-psycho-médico-sociales en psychiatrie pour l'évaluation de la qualité des soins (Résumé PsychiatriqueMinimum), initiateur du réseau psychiatrique  BruPsyNet permettant d'orienter des patients à hospitaliser dans une dizaine d'institutions psychiatriques de la Région de Bruxelles-Capitale, promoteur du projet Eole offrant appui et orientation téléphonique aux professionnels de la santé confrontés aux urgences et crises psychiatriques et psychologiques.

Présentation de la conférence :

« Drogues, Jeunes et Société : De l'usage Dur de drogues Douces »

Résumé

Le terme « drogues douces » est ambigu, et fait référence plutôt au comportement des consommateurs qu’aux propriétés pharmacologiques intrinsèques des produits. Toutefois, dans l’esprit du public, « drogues douces » est synonyme de « drogues sans danger ». Le danger des drogues est une notion elle-même peu claire, et aucun produit n’apparaît comme présentant une sécurité parfaite selon tous les critères. En fait, chaque produit a un profil spécifique en terme de toxicité à court et à long terme et d’effet renforçant dans des modèles animaux et en clinique humaine. La toxicité est effectivement  différente selon les produits, mais il est important de mentionner que tous peuvent entraîner chez certains usagers une perte  majeure du contrôle de la consommation ; ce phénomène semble en relation avec une sensibilisation de la réponse du « système de récompense » cérébral. Cette sensibilisation est de plus croisée entre drogues. Seuls le cannabis et les boissons alcoolisées sont fréquemment présentés comme pouvant être consommés sans problème sur une longue période. Dans notre expérience, cette réputation est en grande partie usurpée. En effet, même quand ils ne présentent pas encore de problèmes de santé majeurs, les consommateurs de cannabis présentent souvent une importante désinsertion sociale. Par ailleurs, nous avons démontré qu’une consommation excessive d’alcool induit, même chez des patients sans lésions cérébrales avérées, d’importants dysfonctionnements au niveau frontal, ce qui se traduit cliniquement par des altérations majeures des fonctions exécutives.

Son livre :

« l'Ami Psy »

"Je dédie ce livre aux personnes qui m'ont confié leur souffrance et m'ont appris
combien les particularités humaines viennent s'ajouter à tous les enseignements."
Isy Pelc.

Le fonctionnement – et les anomalies de fonctionnement – de l’esprit humain font l’objet d’innombrables recherches. Les connaissances de la psychologie, de la psychiatrie, des neurosciences, de la médecine et des sciences humaines en général ont fort évolué depuis le milieu du vingtième siècle, mais elles demeurent incomplètes. Aucune avancée scientifique, aucun courant de pensée ne peut prétendre cerner entièrement les états d’âme, le mal-être et les pathologies. Les manières d’écouter, de comprendre et de soigner sont multiples en santé mentale et elles demeurent humbles devant la diversité et la profondeur de la souffrance psychique individuelle.

Faisant le pari du bon sens, de l’empathie et de la clarté scientifique, cet ouvrage tente de cerner et de commenter les éléments humains, psychologiques et médicaux qui composent la souffrance psychique.

Quand la souffrance peut-elle être considérée comme pathologique ? Comment le professionnel de santé écoute et cherche-t-il à comprendre et à soigner la personne qui consulte ? Quelles sont les problématiques et les pathologies le plus souvent repérées chez les jeunes, les adultes et les personnes âgées ? Quelle palette de soins est-elle disponible aujourd’hui en termes de psychothérapie et de pharmacothérapie ?

Dépression, anxiété, maladies psychosomatiques, dépendance, insomnie, anorexie, sexualité non satisfaisante, stress, conflits, déficit de maturité, décrochage psychotique, idées suicidaires…

Les difficultés de santé mentale peuvent coexister, s’imbriquer et s’influencer.

Le livre s’adresse à celles et ceux qui sur le plan personnel, familial ou professionnel désirent disposer d’une base concrète pour aborder ces problématiques individuelles devenues sociétales.